« La petite reine » de Jean-Claude Servais

Durant le mois d’août, j’ai eu la chance d’aller visiter à Bastogne l’exposition de Jean-Claude Servais, le fameux auteur de bande dessinée belge.

Amoureux de l’Ardenne et de la Lorraine, cet artiste wallon incontournable, a produit dès les années 80 de nombreux albums à succès comme La TchaletteTendre VioletteIsabelle… Des albums où se côtoient réel et fantastique.

J’en suis ressortie conquise, avec l’envie de dévorer l’ensemble de son oeuvre. Je n’avais jusqu’à présent découvert que « Le fils de l’ours » dont la chronique est disponible ici sur le blog.

Alors en rentrant de mes vacances à la mer, quel bonheur de découvrir parmi mes colis reçus dans ma boîte aux lettres ce titre de «La petite reine », une bande dessinée publiée aux éditions Dupuis. Cette intégrale en noir et blanc est une réédition de la version de 1992.

Résumé:

Tout commence dans une ville du Nord quand, à l’issue d’une présentation sur des abeilles himalayennes, l’espèce la plus grosse et la plus agressive du monde, la ruchette est volée : les abeilles libérées assassinent. Une aubaine pour le patron de l’usine locale, M. Raymackers, qui décide de se présenter contre le maire sortant, Marcel Clément, en ordonnant l’extermination de son rucher dont s’occupent ses deux filles, Aude et Diane, très proches des abeilles. Peut-être même trop ?

mon avis

« La petite reine » constitue un thriller politico-apicole passionnant autour d’une lutte de pouvoir et de femmes-abeilles, aux accents romantiques et écologiques très actuels. L’intrigue bien menée nous plonge dès les premières pages dans l’histoire.

La relation entre les insectes pollinisateurs domestiquées et les deux filles du maire est étrange, malsaine et surtout fascinante. Toutes ses variétés d’abeilles, dont celles originaires du Népal aux ouvrières particulièrement agressives, côtoyant les hommes sont assez effrayantes, impulsant au récit une atmosphère parfois oppressante.

La violence règne dans cette petite ville. Une lutte acharnée est enclenchée entre le maire et un industriel briguant le mandat du premier. Il existe également une puissante violence psychologique de la part d’Aude sur sa sœur Diane vivant ses premières expériences amoureuses et désirant peu à peu s’émanciper. Mais quel sera le dénouement final? Dramatique ou heureux? A vous de le découvrir…

Quant aux planches, elles sont magnifiques et regorgent de détails à contempler. Un véritable régal et hymne à la nature si belle !

118693189_304421780839072_8589275578174939528_n

A propos de l’auteur:

Résultat de recherche d'images pour "Jean-Claude Servais"

 

Jean-Claude Servais, également connu sous le pseudonyme Jicé, est un auteur de bande dessinée belge, né à Liège. Pour plus de détails, je vous invite à lire la biographie proposée sur son site.

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s