La collection « Léa et Gaspard » de Fabienne Blanchut et Claire Wortemann

Comme vous le savez si vous avez lu mes précédent articles, j’ai reçu un joli colis des éditions Auzou. Dedans, il y avait deux titres demandés, le reste constituant des surprises.

C’est ainsi que j’ai eu la chance de découvrir la collection « Léa et Gaspard » écrite par Fabienne Blanchut et illustrée par Claire Wortemann. Cette nouvelle série de « Deux nouveaux héros qui font leur entrée dans le beau royaume de Belgique ! » se destine aux enfants à partir de 6 ans qui sont donc en apprentissage de la lecture. Elle est composée de deux titres pour le moment:

« Sabotage sur la Grand Place »

Léa, 8 ans, vit à Bruxelles, ainsi que son meilleur ami Gaspard. Un jour, ils s’aperçoivent que de la mousse jaillit du Mannekenpis. Ils devinent alors qu’un sabotage se prépare pour l’inauguration du parterre de fleurs de la Grand-Place.

*****

« Aventure géante dans la Cité ardente »

Léa et Gaspard vont à Liège avec Bompa pour la fête du 15 août. En chemin, ce dernier leur explique qu’il avait autrefois une amoureuse dans cette ville. Léa souhaite alors la retrouver.

Deux chouettes titres permettant aux enfants de découvrir le folklore des villes de Bruxelles et de Liège. J’ai aimé ces moments de lecture passés aux côtés de Léa et Gaspard.

Gaspard la laisse avoir le dernier mot. Il est, depuis qu’il a déménagé à Bruxelles, le meilleur ami de Léa. Ces deux-là ne se quittent jamais. Voisins, camarades de classe, compagnons de jeux. Les deux font vraiment la paire, comme s’amuse à dire Bompa. Autour de la Grand-Place, tout le monde les connaît et les apprécie. Il faut dire que Bompa est une figure du quartier. Pendant plus de quarante ans, il a été barman à la « Mort Subite, un des cafés les plus connus du centre ».

Des petits romans d’une soixantaine de pages mettant en avant le tourisme local.

guillemins

Les jolies illustrations égayent l’histoire.

 

En bref:

A découvrir !!! 

 

A propos de l’auteure: 

C’est entre Paris et Bruxelles, entre la télévision et la littérature jeunesse, que Fabienne Blanchut trouve son équilibre. Publiée depuis 2005, traduite dans 26 langues, celle qui enfant dévorait les histoires de Jules Verne, de la Comtesse de Ségur ou encore d’Enid Blyton, invente à son tour des personnages et des univers qui font mouche. Sa recette : une imagination débordante et une loyauté indéfectible à la jeune lectrice qu’elle était. Pour en savoir plus sur son univers, n’hésitez pas à consulter son site.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s