« Baïkonour » d’Odile d’Oultremont

J’ai découvert la plume si particulière d’Odile d’Oultremont suite à ma participation au jury du Prix 2018 des lecteurs Club. Elle était en lice pour son premier roman intitulé « Les Déraisons » publié aux éditions de l’Observatoire qui avait d’ailleurs déjà été couronné par la prix de La Closerie des Lilas. Un livre bouleversant narrant le délicat équilibre amoureux entre Adrien, employé modèle exilé par un plan social, et Louise, souffrant d’un cancer du poumon. Par la suite, l’auteure belge avait accepté de répondre à mes questions (n’hésitez pas à consulter son interview).

Alors, lorsque j’ai appris au mois d’août qu’Odile sortait son deuxième roman à l’occasion de la rentrée littéraire d’octobre, j’ai eu très envie de le lire !

Résumé:

Anka vit au bord du golfe de Gascogne, dans une petite ville de Bretagne offerte à la houle et aux rafales. Fascinée par l’océan, la jeune femme rêve depuis toujours de prendre le large. Jusqu’au jour où la mer lui ravit ce père qu’elle aimait tant : Vladimir, pêcheur aguerri et capitaine du Baïkonour.

Sur le chantier déployé un peu plus loin, Marcus est grutier. Depuis les hauteurs de sa cabine, à cinquante mètres du sol, il orchestre les travaux et observe, passionné, la vie qui se meut en contrebas. Chaque jour, il attend le passage d’une inconnue. Un matin, distrait par la contemplation de cette jeune femme, il chute depuis la flèche de sa grue et bascule dans le coma.

Quelque part entre ciel et mer, les destins de ces deux êtres que tout oppose se croiseront-ils enfin ?

mon avis

« Baïkonour » est le deuxième roman d’Odile d’Oultremont, de nouveau publiée aux éditions de l’Observatoire et disponible en librairie depuis le 21 août.

Vladimir Savidan, un pêcheur de crustacés et de gastéropodes en mer de Bretagne vogue à bord du Baïkonour, la Rolls des bateaux de pêche. Mais le matelot qui navigue sur les flots va être pris par la force de l’Atlantique et sombrer. Ainsi commence ce magnifique nouveau roman au cadre et style unique proposé par Odile.

Il laisse sur terre Edith, sa veuve, refusant d’accepter cette disparition et continuant chaque jour de lui mitonner avec amour et obstination une bonne soupe. Il manquera aussi cruellement à sa fille Anka à qui Vladimir a transmis sa passion de la mer. Pourtant, c’est une toute autre voie plus « raisonnable » qu’a choisi Anka: celle de la coiffure. La jeune femme de 23 ans travaille sans passion au salon de Line, sa marraine coiffeuse.

Le livre alterne entre présent et souvenirs. Anka se souvient de son enfance, lorsqu’elle sortait en mer à bord du Baïkonour, sa passion pour l’océan. De son père lançant sa soupe par dessus bord n’osant pas dire à sa femme qu’il n’aimait pas son jus de chaussette.

Lorsqu’Anka eut dix-huit ans, une expérience maritime éprouvée mais toujours pas de diplôme, son père contesta à sa fille de transformer ce passe-temps en métier.

– C’est trop dangereux ! Fais coiffeuse et va bosser avec Line, elle ne demande que ça.

Anka avait soupiré mille fois, le plus fort possible, au creux de l’oreille paternelle, mais l’homme était resté inflexible. Elle fut reléguée à l’état d’amatrice, de passionnée de la mer. Elle avait trouvé très injuste cette mise à l’écart par principe, contesté infiniment le moindre argument avancé par ses parents ou, pire encore, par les mecs du port, tous marins, autorisés, eux, à prendre le large et qui ne cessait de lui rabâcher que c’était pour son bien.

La jeune femme va-t-elle accepter de s’investir toute sa vie active dans un métier où elle ne ressent aucune passion? Marcus, lui, a choisi le métier de grutier. Celui-ci va l’emmener jusqu’en Bretagne pour un nouveau chantier s’étendant sur une longue période. En plus de piloter les chantiers depuis sa haute tour, il aime scruter le sol et observer la vie d’en bas. Un jour, il la remarque et ne voit plus qu’elle… Un coup de foudre à distance ! La suite de cette histoire? A toi de la découvrir !

En bref:

Si j’ai aimé? Énormément ! J’ai de nouveau été séduite par les mots de l’auteur, sa plume fine et charmante; Ses personnages uniques qui nous embarquent… Et enfin, le message porté par cette fable contemporaine, nous rappelant combien il est important de vivre pour les gens que l’on aime et de se battre pour vivre de ses rêves et de ses passions en se défaisant des clichés imposés par la société. 

 

A propos de l’auteure:

Odile  d’Oultremont

Odile d’Oultremont est scénariste et réalisatrice. Son premier roman, Les Déraisons, a reçu le prix de La Closerie des Lilas. Baïkonour est son deuxième roman.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s