« Le Ghetto intérieur » de Santiago H. Amigorena

« Le Ghetto intérieur » est un roman écrit par Santiago H. Amigorena, publié par les éditions P.O.L. et disponible en librairie depuis fin août. Une nouvelle lecture réalisée dans le cadre de mon rôle de jurée au Grand Prix des lectrices Elle faisant aussi partie de la Rentrée littéraire d’automne. Je ne connaissais pas du tout cet auteur argentin qui est pourtant à la tête d’une jolie bibliographie.

Ayant été happée par «Eden» et «Le bal des folles», j’étais curieuse de découvrir mon ressenti sur ce dernier bouquin, troisième et dernier livre de la catégorie roman de la sélection d’octobre.

Ce livre se déroule en Argentine, à Buenos Aires durant la 2e Guerre Mondiale. Vicente Rosenberg est un homme de 38 ans, marié à Rosita et père de trois jeunes enfants. Juif, il s’est exilé de Pologne depuis 1928.

Nous sommes en 1940. En Europe, la guerre fait rage et les nazis commencent à enfermer les juifs dans des ghettos. Quelques années auparavant, la mère de Vicente a refusé de le suivre et est restée à Varsovie. Ils gardent le contact grâce à une correspondance. Mais avec la guerre, les lettres de sa mère deviennent de plus en plus rares jusqu’au moment où il n’en reçoit plus du tout.

Peu à peu, il éprouve une culpabilité harassante. Pendant que lui mène une vie plutôt douce, père de famille, époux comblé et à la tête d’un magasin de meubles que son beau-père fabrique, sa mère encourt les mille dangers de la Guerre. Comment mener une vie normale lorsque les nouvelles n’arrivent que grâce aux journaux et aux échos de quelques proches?

Nous le savons tous: les mesures antisémites ont été un véritable enfer ! Des gens mis en quarantaine dans des ghettos sont morts de faim après une lente agonie, d’autres ont été transportés dans des camps de concentration. Le ghetto intérieur est celui réservé exclusivement à notre héros. De par l’absence de nouvelles, son esprit va cogiter créant une anxiété permanente. Ses angoisses vont le plonger progressivement dans un mutisme obstiné.

Ce livre nous émeut d’autant plus lorsque l’on comprend que l’auteur nous livre sa propre histoire familiale. Vicente n’est autre que son grand-père…

En bref:

Un drame familial. 

Un récit fort, inoubliable ! 

 

A propos de l’auteur:

Santiago H. AmigorenaSantiago H. Amigorena est né à Buenos Aires en 1962. Après une enfance en Argentine et en Uruguay, il s’installe en France en 1973. Muet de naissance, il se lance très tôt dans l’écriture. Il a écrit une trentaine de scénarios pour le cinéma dont notamment Le Péril jeune de Cédric Klapisch et Les gens normaux n’ont rien d’exceptionnel de Laurence Ferreira Barbosa.
Il écrit aussi des articles pour La Lettre du cinéma et Les Cahiers du cinéma.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s