« Par le feu » de Will Hill

Ce weekend, je suis partie passer trois jours dans un Sunparks (oui je sais je vous raconte ma vie là) emportant avec moi une demi-douzaine de livres (optimiste la fille). Je n’ai finalement eu le temps que de lire « Par le feu », une lecture addictive qui a rendu ma petite escapade bien plus qu’agréable, à côté de mes différentes activités dans le parc. Je vous en parle dans cet article. 

Résumé:

Avant, elle vivait derrière la clôture.
Elle n’avait pas le droit de quitter la Base.
Ni de parler à qui que ce soit.
Parce que Père John contrôlait tout et qu’il établissait des règles.
Lui désobéir pouvait avoir des conséquences terribles.
Puis il y a eu les mensonges de Père John.
Puis il y a eu le feu…

mon avis

« Par le feu » est un roman de Will Hill publié par les éditions Casterman. Cette nouveauté est traduite de l’anglais (américain) par Anne Guitton.

Il s’agit d’une réception surprise et donc je ne savais pas du tout si j’allais aimer ce livre. Cependant, dès que j’ai lu la quatrième de couverture, j’ai été curieuse d’en savoir plus. Cette fiction s’inspire d’une histoire vraie (le siège de Waco) traitant du thème de la secte. Un sujet interpellant ! Concernant ce thème, je connaissais principalement 1Q84 d’Haruki Murakami. Alors que ce dernier s’adresse à un public adulte, « Par le feu » vise plutôt un public adolescent.

Le livre est construit à partir de deux temporalités: Avant, lorsque Moonbeam l’héroïne qui est une jeune fille de 17 ans, vivait dans la secte sous la tyrannie du père John qui se faisait passer pour le Prophète. Et après l’incendie, lors de son hospitalisation, et lorsqu’elle raconte le récit de sa vie au sein de la secte à son thérapeute le Docteur Hernandez et aussi à l’Agent Carlyle qui mène l’enquête sur ce qui s’est réellement passé au sein de cette communauté. Elle nous livre un récit intense et captivant. 

Moombeam au fil de ce récit se révèle comme une héroïne intelligente qui a survécu au sein de cette communauté menée par des individus violents et sous la tyrannie d’un illuminé manipulateur. Je l’ai trouvé attachante et ai été happée par les drames vécus par ses semblables. Je n’ai pas trop envie de développer le contenu, car c’est vraiment une lecture que je vous recommande.

Les éditions Casterman proposent décidément un catalogue riche et varié. Des choix éditoriaux très intéressants qui permettent tout à tour de se divertir mais aussi de nourrir une réflexion. Il y a de tout, pour tous: de la fantasy avec l’excellent titre « Le dernier Magicien», de la science-fiction avec la trilogie « Illuminae » et des livres comme celui-ci qui aborde des thématiques qui font réfléchir. J’aimerais aussi citer ma précédente lecture « La fille d’Avril » d’Annelise Heurtier qui aborde le thème de la place des jeunes filles dans les années 60.

 

En bref:

Un beau pavé de 500 pages que je ne suis pas prête d’oublier abordant le thème de la secte de manière captivante. A découvrir coûte que coûte. 

 

A propos de l’auteur:

Will HillAvant de commencer à écrire sa saga le « Département 19 », Will Hill a travaillé dans l’édition.

Il vit à Londres.

son blog:
http://www.willhillauthor.com/ 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s