[Chronique]: « A la lumière du petit matin »

Résumé: 

À l’approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle se dit heureuse, pourtant elle devient spectatrice de sa vie et est peu à peu gagnée par un indicible vague à l’âme qu’elle refuse d’affronter. Jusqu’au jour où le destin la fait trébucher… Mais ce coup du sort n’est-il pas l’occasion de raviver la flamme intérieure qu’elle avait laissée s’éteindre ?

mon avis

J’ai longtemps hésité avant d’entamer la lecture de ce roman, le dernier d’Agnès Martin-Lugand publié aux éditions Michel Lafon. Autant j’avais adoré ses trois premiers bouquins, autant j’avais été déçue par ses deux derniers, ne retrouvant pas la magie du début. Mais vous l’aurez compris, Agnès Martin-Lugand est une auteure que je suis depuis ses débuts et j’avais peur de passer à côté d’un nouveau coup de cœur comme j’en avais eu pour « Les gens heureux lisent et boivent du café » et « Entre mes mains le bonheur se faufile ».

Encore une fois dans « A la lumière du petit matin », l’auteure nous dresse le portrait d’une femme d’aujourd’hui. Je regrette un peu qu’elle ait fait le choix de rester dans sa zone de confort en gardant une trame commune à ses autres romans: une femme qui rencontre des difficultés et qui décide de changer de style de vie afin d’être plus épanouie.

Le style est fluide et je suis directement rentrée dans le récit.  Même s’il faut avouer que mon contexte de lecture était des plus favorables: partie à la mer le temps de quelques jours, j’étais d’humeur très joyeuse et dans le bon état d’esprit pour « n’importe quel » livre.

Le livre n’a rien de novateur certes, mais il est plaisant. J’ai apprécié l’héroïne Hortense qui s’est un peu perdue dans sa vie. Ses parents sont morts lui laissant une propriété dans le sud de la France. Elle vit à Paris dirigeant avec deux amis une école de danse. Elle est gracieuse et adorée par ses élèves. Côté cœur, elle entretient depuis trois ans une liaison avec Aymeric, un homme chic et marié qu’elle ne voit que deux soirs par semaine. Une chute dans les escaliers et une immobilité forcée de quelques mois va lui permettre de faire le point.

L’adage de prendre le positif dans le négatif va encore se révéler être vrai ! Hortense va se rendre compte qu’à l’approche de la quarantaine elle a d’autres aspirations que de voir un amant égocentrique une fois de temps en temps. La danseuse aspire à une relation plus durable, un amour et un bonheur vrai à l’image de la vie simple de ses propres parents. Surtout qu’Aymeric va s’avérer très contrarié par les déboires d’Hortense, ne voyant en elle qu’une belle danseuse lumineuse, disponible pour son bon plaisir et sexy.

La première partie se déroule à Paris et la deuxième nous emmènera dans le sud de la France. là-bas, elle y fera la connaissance d’Elias, un homme brisé, fuyant le poids de son passé. J’ai aimé de manière égale les deux parties, même si les descriptions du quotidien dans le sud donnent à rêver !

En bref:

Un roman léger, sans rebondissements, mais que j’ai aimé lire. J’attends le prochain l’année prochaine, en espérant que la plume de l’auteure me fera à nouveau vibrer. Et pourquoi pas y ajouter quelques surprises cette fois?

 

A propos de l’auteure:

Résultat de recherche d'images pour "agnès martin lugand"Après 6 ans d’exercice en qualité de psychologue clinicienne dans la protection de l’enfance, elle s’est tournée vers l’écriture et a publié un premier roman, « Les gens heureux lisent et boivent du café », en auto-édition sur la plate-forme Kindle d’Amazon fin 2012.
Elle a été abordée par Florian Lafani, responsable du développement numérique des Éditions Michel Lafon, avec une proposition d’entrer dans l’édition traditionnelle. Le roman une fois entré au catalogue de Michel Lafon, l’éditeur a vendu les droits de traduction en plusieurs langues. Les droits cinématographiques ont été acquis en 2015 par le producteur américain Harvey Weinstein.

3 commentaires sur “[Chronique]: « A la lumière du petit matin »

Ajouter un commentaire

      1. Oui, j’ai lu les deux premiers les gens et la suite, et ‘ entre mes mains le bonheur se faufile’

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :