« Le Dernier Magicien tome 2: Les Cinq Artéfacts »

Cela faisait un moment que je me réjouissais de le lire, celui-la ! Rangé bien sagement dans ma pal, j’attendais le moment opportun pour pouvoir m’y plonger.

De fait, je m’étais régalée lors de la lecture du premier tome « L’Ars Arcana » une belle brique de 650 pages. Ce livre de fantasy urbaine à destination des grands adolescents et des adultes se déroule au cœur des ruelles sombres et inquiétantes de la ville de New-York au début du 20e siècle.

Je vous propose de découvrir illico presto si sa suite m’a autant enchantée…

Résumé:

Le pouvoir du Livre vit en Harte désormais, obligeant le Magicien à lutter chaque jour, chaque minute pour ne pas céder tout entier à cette puissance dévastatrice.
Inconsciente du tourment qui ronge son ami, Esta poursuit seule son but : retrouver les Artéfacts qui menacent l’avenir de la magie. Grâce à sa prodigieuse affinité, la jeune magicienne entraîne Harte à Saint-Louis, en 1904, là où sont cachés les précieux objets.
Ils se mêlent au combat qui fait déjà rage dans la ville. Les mages Antistasi rivalisent de subterfuges et d’actes de magie de haut vol pour s’emparer du pouvoir.
Sans compter qu’un nouvel adversaire se tient tout près d’Esta, dont elle est à mille lieues d’imaginer l’identité : le Magicien lui-même.

mon avis

« Le Dernier Magicien tome 2: Les Cinq Artéfacts » est un roman de Lisa Maxwell publié aux éditions Casterman.

Ma lecture du premier tome date d’il y a un an et demi, il m’a fallu un peu du temps (plus précisément quelques pages) pour me remettre totalement dans l’intrigue, surtout vu sa construction complexe. Mais quel plaisir de retrouver les différents personnages !

De l’action, une intrigue toujours aussi bien travaillée. Pas de doute, le deuxième opus est à la hauteur du premier. Il est ainsi totalement exclu de sauter le premier tome. Si vous ne l’avez pas lu, je vous invite à stopper ce billet et à vous diriger vers ma chronique du premier tome.

Dans ce nouvel opus, il y a deux temporalités: 1902 et 1904. Les chapitres alternent entre les différents personnages dont nos deux magiciens préférés: Esta et Harte. Réunis, ils entament un voyage à la poursuite des différents artefacts. Tout ne se passe pas facilement pour la voleuse et son acolyte. L’auteure met beaucoup en avant l’attraction existant entre les deux mages. En 1902, j’ai particulièrement apprécié de suivre le personnage de Viola et en apprendre plus sur elle, son histoire familiale et sa difficulté à sortir de sa condition. Dans son intrigue, se mêle également un événement historique réel, à savoir l’Exposition universelle de Saint-Louis. Outre les descriptions visuelles et les scènes d’action se déroulant au cœur de l’Exposition, Lisa Maxwel a su susciter mon intérêt me poussant à me renseigner sur cette manifestation d’envergure.

Un petit gout de trop peu, mais il faudra patienter pour avoir la suite et le dénouement qui sont annoncés pour cette année.

En bref:

Le confinement nous laisse enfin le temps de nous plonger dans des sagas comme celle-ci ! Profitez-en…

 

A propos de l’auteur:

Lisa Maxwell

Lisa Maxwell est née dans l’Ohio. Elle a déjà publié plusieurs livres et a été aussi tour à tour libraire, enseignante, éditrice et désormais écrivain. Le dernier magicien est le livre qui l’a faite entrer dans la cour des grands.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s