« Et les vivants autour » de Barbara Abel

Barbara Abel est une auteure belge de romans policiers à succès. Voulant me faire ma propre opinion, j’avais lu il y a quelques années « Derrière la haine». Une fois commencé, difficile de s’arrêter ! Ce livre raconte l’histoire de deux couples, des voisins et amis, partageant le bonheur d’avoir chacun un petit garçon du même âge. Maxime et Milo grandissent ensemble, comme des jumeaux. Jusqu’au drame…

Au bout de 24 heures, ma lecture du premier tome terminée, je m’étais précipitée dans les rayons de ma bibliothèque pour emprunter sa suite intitulée « Après la fin», dévorée également.

Alors lorsque début d’année j’ai vu son nom dans le catalogue des futures parutions du catalogue des éditions Belfond, je n’ai pu résister à demander ce nouveau titre. Je vous propose de découvrir mes impressions !

Résumé:

Voilà quatre ans que l’ombre de Jeanne plane sur eux.
Comme s’ils n’avaient plus le droit de vivre pour de vrai tant qu’elle était morte pour de faux.
Cela fait quatre ans que la vie de la famille Mercier est en suspens. Quatre ans que l’existence de chacun ne tourne plus qu’autour du corps de Jeanne, vingt-neuf ans. Un corps allongé sur un lit d’hôpital, qui ne donne aucun signe de vie, mais qui est néanmoins bien vivant. Les médecins appellent cela un coma, un état d’éveil non répondant et préconisent, depuis plusieurs mois déjà, l’arrêt des soins. C’est pourquoi, lorsque le professeur Goossens convoque les parents et l’époux de Jeanne pour un entretien, tous redoutent ce qu’ils vont entendre. Ils sont pourtant bien loin d’imaginer ce qui les attend. L’impensable est arrivé. Le dilemme auquel ils sont confrontés est totalement insensé et la famille de Jeanne, en apparence si soudée, commence à se déchirer autour du corps de la jeune femme…

mon avis

Pour son nouveau roman publié aux éditions Belfond, Barbara Abel s’est inspirée d’un fait divers.

Jeanne dort depuis 4 ans à la suite d’un accident provoquant un coma irréversible. « Et les vivants autour», c’est sa famille gravitant autour d’elle. Une famille d’apparence normale composée du père, un homme d’affaire donnant à sa famille une situation d’aisance. Ensuite, il y a la mère Micheline, une femme se dévouant chaque jour aux siens et qui a sacrifié sa carrière pour assurer leur bien-être. Puis, il y a les deux filles : Jeanne et Charlotte. Celle-ci gère avec son mari Guillaume un restaurant et rêve de pouvoir fonder une famille.

Une nouvelle surprenante va casser la routine établie et inchangée depuis quelques années, provoquant d’importants désaccords entre les proches de la belle endormie.

Le nouveau thriller de Barbara Abel dissèque à la perfection la psychologie et les émotions en montagnes russes des personnages qui gravitent autour du corps de Jeanne, inerte et si présent à la fois.

Malgré la situation dramatique du moment, j’ai réussi à m’immerger dans ce thriller psychologique dont la tension monte crescendo. Au fil des pages, des révélations tombent, l’image de la famille modèle se fissure. Tout le monde en prend pour son grade. Les couples vont-ils tenir? Les dissensions entre Gilbert et Micheline sont omniprésentes. Sans rentrer dans les détails, les hommes n’ont pas forcément le beau rôle, entre Gilbert, espèce de dictateur prônant presque le patriarcat, Guillaume ne pensant qu’à lui et son resto et enfin Jérôme, le mari de Jeanne, pas forcément tout blanc non plus…

 

En bref:

« Et autour les vivants » est une recette gagnante. Un livre se dégustant du début à la fin avec une montée en puissance. Un coup de cœur à savourer…

 

A propos de l’auteure:

Résultat de recherche d'images pour "barbara abel"

Barbara Abel, née à Bruxelles, est une auteure belge de roman policier. Elle a collaboré à l’émission Cinquante Degrés Nord diffusée sur Arte Belgique et la RTBF.

 

 

 

7 réflexions sur “« Et les vivants autour » de Barbara Abel

  1. Ça doit être un roman puissant ! Aborder ce sujet n’est pas rien, heureusement cela n’arrive pas à toutes les familles mais c’est un choix cornélien, difficile et forcément on peut avoir des regrets ou vivre avec des « si ». C’est évidemment d’actualité quand on pense à l’affaire Vincent Lambert. Au vu de comment tu en parles cela m’a l’air vraiment bien 🙂

    J'aime

      1. Amazon doit me livrer le 30. J’ai commandé hier. J’espère qu’il le fera, je vais terminer mon dernier livre « Et toujours les forêts » de Sandrine Collette.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s