[Chronique]: « Chère Mrs Bird »

Résumé:

Londres 1940. Emmy qui travaille pour le service de nuit au standard de la caserne de pompiers nourrit le rêve ultime de devenir correspondante de guerre. C’est ainsi qu’elle est complètement emballée lorsqu’elle découvre une petite annonce pour un job d’assistante à temps partiel aux éditions du London Evening Chronicle. Elle postule et est engagée pour sa plus grande joie.

En fait, Emmy découvre rapidement que sa tâche, très loin de l’exaltante mission qu’elle s’était imaginée, consiste à taper le courrier et à lire les lettres… La rédactrice en chef s’appelle Mrs Bird et elle aide les lectrices de Woman’s Friend à résoudre leurs déboires. Mais uniquement sur certains sujets: c’est Emmy qui doit trier les lettres et ne donner que les sujets qui sont moralement acceptables pour sa chère patronne. Frustrée par cette attitude et voulant aider les dames et jeunes demoiselles en détresse, Emmy se prend à répondre à la place de Mrs Bird.

mon avis

Aujourd’hui, laissez-moi vous parler d’un livre qui devrait plaire à beaucoup d’entres-vous, mesdames et mesdemoiselles. Il s’agit d’une petite nouveauté qui m’a de suite fait très envie par sa couverture et par son résumé prometteur qui annonçait: « Dans la droite lignée du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, un premier roman plein de charme et d’humour british, véritable ode à l’amitié, à la générosité et au courage des femmes pendant la Seconde Guerre mondiale ». Donc pas question de la laisser longtemps traîner dans ma pal !

« Chère Mrs Bird » est un premier roman de AJ Pearce publié par les éditions Belfond. Ce livre de la collection « Le Cercle Belfond » est disponible depuis le 5 avril.

Malgré le contexte pas facile durant lequel se déroule ce roman (la deuxième guerre mondiale), la narratrice,  Emmy, est une héroïne attachante, pleine d’optimisme et de bons sentiments. 

L’histoire alterne entre légèreté et moments plus graves. Il y a beaucoup d’humour, comme Emmy qui se dresse un portrait tout à fait erroné de son nouveau poste. Elle se voit aller sur le terrain pour couvrir des missions périlleuses, faire des interviews et relayer dans le journal des informations de la plus haute importance. Alors qu’elle n’est engagée que pour être assistante dactylo. Surtout que le magazine n’a plus beaucoup de succès par son ton vieux jeu et par la guerre. Cette chère Madame Bird ne reçoit pas beaucoup de lettres, refusant de toute manière de répondre aux problèmes des lectrices touchant les histoires conjugales, les jeunes filles qui se posent des questions sur leurs premiers amours… En fait, c’est ce qui intéresse la majorité des lectrices de l’époque (et nous aussi 😉 )! Emmy est sensible à toutes ces femmes et ne supporte pas de les laisser sans aide. Elle passe donc à l’action (pour notre plus grand plaisir) !  Je ne résiste pas à vous partager une des lettres reçues:

« Chère Mrs Bird,

J’ai quinze ans, et mes amies disent qu’elles se laissent embrasser par les garçons au moment de se souhaiter bonne nuit. Ai-je raison de refuser? Embrasse-t-on différemment avant et après le mariage? J’ai peur de passer pour une fille facile si je me laisse embrasser.

Bien à vous,

Adolescente Timide. »

Autour d’Emmy gravite d’autres personnages comme sa meilleure amie et colocataire  Bunty. Celle-ci est fiancée à William, un sapeur-pompier. Il y a aussi la terrible Mrs Bird mais elle n’est pas souvent là. Elle est décrite comme une vieille femme acariâtre aux idées ridicules bien arrêtées et arriérées. On pourrait faire un petit parallèle avec « Le diable s’habille en Prada ». Un autre personnage incontournable (surtout pour Emmy) sera le beau Charles, le frère de Monsieur Collins qui est le rédacteur en chef adjoint. Même dans les pires situations, les sentiments amoureux peuvent faire leur apparition !

Bien que j’ai passé un excellent moment, j’ai trouvé que plusieurs éléments importants de l’intrigue restaient en suspend. Certains personnages auraient mérité d’être plus développés et la fin trop ouverte à mon goût mérite une suite. Ce sera le seul bémol dans mon avis.

En bref:

Une lecture très plaisante pas loin du coup de cœur ! J’espère que l’auteure prévoit une suite afin de ne pas décevoir ses lecteurs qui risque d’être frustrés par la fin quelque peu abrupte… 

 

AJ PearceA propos de l’auteure:

AJ Pearce a fait ses études à l’Université du Sussex et à l’Université Northwestern. Titulaire d’un diplôme en histoire américaine, elle travaille dans le marketing. Elle cultive une passion pour la presse magazine depuis l’enfance et collectionne les revues publiées pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est d’ailleurs en découvrant un exemplaire de Woman’s Own daté de 1939 que lui est venue l’idée de son premier roman, « Chère Mrs Bird » (Dear Mrs. Bird, 2018).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s