Critique de livres·Mes lectures

« Premier sang » d’Amélie Nothomb

Cette année, la rentrée littéraire de septembre compte pas moins de 524 romans !

Avec la sortie en août de mon premier album intitulé « Un été déconnecté » et le peaufinage de deux autres projets d’écriture, j’ai eu peu de temps pour me plonger dans le crû de 2021.

Cependant, comme chaque année, lire le dernier titre d’Amélie reste un rituel auquel je suis attachée… Je te propose d’en découvrir plus sur ce trentième roman de l’auteure belge.

Résumé:

« Il ne faut pas sous-estimer la rage de survivre. »

Sous la forme d’un conte, Amélie Nothomb raconte la vie de Patrick, son père, doux enfant angélique qui, jeune adulte, devra se confronter à la mort.
Un magnifique hommage à la figure paternelle mais aussi à un héros de l’ombre, diplomate à la carrière hors norme.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mon-avis.jpg

Dans « Premier sang » publié aux éditions Albin Michel, Amélie ressuscite son père décédé l’année passée en faisant de lui le narrateur de son nouveau roman.

Une fiction sur fond biographique, l’occasion de faire la connaissance de Patrick Nothomb que nous découvrons dans une tranche de sa vie allant de son enfance jusqu’à ses 28 ans. Son père décède alors qu’il n’a que huit mois à la suite d’un accident de déminage. Ce fils de général est élevé par ses grands-parents maternels à Bruxelles. Sa mère, Claude, a du mal à se remettre de la mort de son mari. Veuve à tout juste 25 ans, cette femme sublime, élégante mais pas très maternelle tente de faire son deuil en se lançant dans les mondanités. Et pourtant, le petit Patrick avec ses yeux d’enfant voue une profonde admiration à sa mère inaccessible.

A six ans, il est envoyé le temps d’un été dans sa famille paternelle, les Nothomb, vivant dans les Ardennes. Pierre Nothomb est un personnage haut en couleur, un poète vivant dans un château et père de treize enfants. Patrick découvre une tribu de petits sauvages à moitié mort de faim et dormant dans un dortoir. Une expérience traumatisante mais fascinante.

Ce livre constitue un de mes préférés après « Mercure » et la pièce « Les combustibles». J’ai été touchée par le parcours de vie de Patrick, son enfance d’orphelin jusqu’aux coulisses de son métier de diplomate et son horrible prise d’otage au Zaïre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s