La rumeur qui me suit Laura Bates

« La rumeur qui me suit » de Laura Bates

Publié aux éditions Casterman, « La rumeur qui me suit » est un roman de Laura Bates. Faisant partie de ma sélection des livres de la rentrée littéraire de septembre, je l’ai lu ce weekend.

Outre l’histoire, il s’agit d’un livre sociétal d’éducation aux médias portant sur les dérives de l’utilisation des réseaux sociaux. Un roman qui devrait être lu par tous les adolescents, discuté en classe et/ou avec les parents !

Résumé:

Anna, seize ans, accepte d’envoyer une photo de ses seins nus à son petit-ami. Le lendemain, celui-ci la diffuse sur Facebook et tout le lycée la voit. Anna commence alors à être harcelée. Des rumeurs circulent sur son compte…Pour mettre fin à ce cauchemar, Anna et sa mère quittent Londres et s’installent en Ecosse. Nouveau nom, nouvelle ville, nouveau lycée : rien ne peut la relier à son passé. Sauf qu’un jour, elle entend « p*te » dans les couloirs, et tout recommence…

mon avis

Ce roman coup de poing traite du harcèlement subi par une jeune fille déjà fragilisée par la perte de son père, mort d’un cancer.

Sa maman décide de lui offrir un nouveau départ en s’installant dans un petit village d’Ecosse. Anna encore fortement meurtrie, tente de se faire discrète dans son nouveau lycée. Malheureusement, son passé la rattrape et Anna se retrouve dans une situation cauchemardesque. Commérages, méchancetés gratuites, harcèlement à l’école, messages grossiers, photos-montages sur Internet, elle va vivre un véritable enfer.

– N’empêche, intervient quelqu’un d’autre, c’est quand même un truc de grosse allumeuse.

– Ses parents doivent être mortifiés.

– Au moins, ça lui évitera de mourir de honte en voyant sa fille faire la pute sur Internet.

Pour un devoir d’histoire, elle doit réaliser quelques recherches dans le but de rendre un dossier sur une personnalité locale présentant un intérêt historique. Elle va choisir une jeune femme ayant vécu au 17e siècle accusée de sorcellerie. Celle-ci sera condamnée par la société lorsqu’elle tombera enceinte sans être mariée alors que le géniteur, lui, ne sera jamais inquiété.

Ce parallèle a pour but de pointer du doigt le sexisme toujours existant dans notre société 2.0. Cyberintimidation, harcèlement, sexisme chez les jeunes: difficile de prendre du recul quand on a toutes ces étiquettes qui nous collent à la peau.

– C’est que dans la vie, parfois, les autres nous réduisent à un symbole, ils ne voient plus l’être humain que nous sommes. Mais ça raconte quelque chose sur eux, pas sur toi.

En bref:

Un roman difficile mais nécessaire. J’ai été profondément touchée par le calvaire vécu par Anna !

A propos de l’auteure:

Laura Bates

Laura Bates est née à Oxford, en Angleterre. Elle a écrit plusieurs essais avant de s’attaquer à La Rumeur qui me suit, qui est son premier roman.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s