« L’offrande des fous » d’Henri Bellotto

S’il y a bien un événement que la mémoire collective n’est pas prête d’oublier, c’est bien la catastrophe de Tchernobyl datant de 1986 !

Et pourtant, je vous avoue connaitre peu d’œuvres de fiction sur fond historique abordant cette tragédie. Il y a le roman « A crier dans les ruines » écrit par Alexandra Koszelyk, racontant la terrible séparation de deux adolescents à la suite de la catastrophe nucléaire. Je l’avais d’ailleurs ajouté dans ma wish list. Il m’avait donné l’envie de regarder la mini-série de cinq épisodes Chernobyl produite et diffusée au même moment.

Alors lorsque la maison d’édition multimédia m’a proposée d’écouter « L’offrande des fous », roman d’Henri Bellotto, j’ai de suite accepté.

Résumé:

Kate Wolf, jeune et brillante physicienne employée de la puissante Millford Continental, est contrainte d’effectuer une mission en Ukraine pour suivre un projet d’envergure dont elle est responsable. Femme de caractère, elle devra travailler avec Jason Slone, un journaliste engagé dans la cause environnementale et fermement opposé au développement de l’activité nucléaire.

Sur le site de la tristement célèbre catastrophe de Tchernobyl, ces deux fortes personnalités s’affronteront dans un conflit permanent. Or, c’est sans compter que Vassili, un personnage mystérieux, se révélera à eux et leur dévoilera le motif qui le pousse à hanter la forêt de la zone contaminée. Parallèlement à leur découverte de la région sinistrée, Kate et John croiseront le chemin ténébreux d’un extrémiste inflexible et impitoyable, dont le projet ultime menace rien de moins qu’une partie de l’humanité.

mon avis

Publié aux éditions JCL, « L’offrande des fous » d’Henri Bellotto est également disponible en audio grâce à ABS Multimédias. Il est lu par Clémentine Domptail qui nous tient en haleine durant toute la durée de ce long récit.

La Milford est une société de l’industrie nucléaire s’occupant du recyclage des déchets nucléaires contaminés. Elle engage de nombreux scientifiques dont Kate, une charismatique physicienne américaine. La jeune femme est envoyée en mission en Ukraine avec une petite équipe au cœur de la zone sinistrée. Se joint à eux Jason Sloan, un journaliste écologiste, militant notamment dans une association contre le nucléaire. Il a été engagé par le directeur de la Milford qui souhaite redorer l’image de sa société.

Ce livre sur fond d’histoire est construit autour de plusieurs temporalités. Certains chapitres nous font remonter le temps jusqu’en 1986 et vivre de manière intense la catastrophe de la centrale. Des passages que l’on écoute religieusement, prit dans cette tragédie malheureuse de notre histoire.

Ce titre permet une réflexion sur la nuisance et la puissance de cette énergie, la violence, l’horreur, ect. Un livre de qualité qui a dû nécessiter un vrai travail de recherches documentaires. J’ai hautement apprécié la relation électrique existant entre Kate et Jason, celle-ci apportant une touche humoristique et cassant les thématiques graves abordées.

En bref:

Un livre que j’ai pris beaucoup de plaisir à écouter, me passionnant encore plus concernant le drame de 1986. 

 

A propos de l’auteur:

Henri Bellotto

Henri Bellotto est né à Grenoble en 1952. Fils d’immigrés italiens établis en France, il a été depuis sa petite enfance bercé par cette double identité culturelle.
« La porte du silence » est son premier roman.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s