« Le roman de Molly N. » de Sophie Carquain

J’en rêvais depuis 2016: devenir une lectrice Charleston ! Il aura suffit d’un petit mail de Laure, la responsable marketing des éditions Charleston, pour que tout à coup mon rêve devienne réalité pour cette année 2020… Et là, tu te demandes: c’est quoi au juste une lectrice Charleston? Cela signifie recevoir pendant un an les manuscrits de la maison d’édition en avant-première et donner son avis sur différents aspects du livre. Une expérience unique, n’est-ce pas?

Résumé:

Pour ses amis et sa famille, Molly N. a disparu en septembre 2010. Plus aucun signe d’elle. Menacée de mort par une fatwa suite à un concours de caricatures du prophète Mahomet, la cartoonist de Seattle a dû intégrer le programme de protection de témoins du FBI, changer de ville, de nom, d’identité.

Comment renaître à l’autre bout du monde ? Comment vivre sous haute protection ?

Cela fera bientôt dix ans qu’elle a disparu.

Fascinée par cette histoire, dont elle entend parler le 7 janvier 2015, jour de l’attentat contre Charlie Hebdo, Sophie Carquain décide d’en faire un roman :

« Il m’a fallu affronter une situation inédite : écrire le destin d’une femme qui vit encore mais n’existe plus sous son vrai nom. Ce livre est aussi le récit d’une enquête qui m’a menée plus loin que prévu – vers un secret familial. »

mon avis

Ce livre lu dans le cadre de mon rôle de lectrice Charleston aborde le sujet d’actualité de la liberté d’expression et des caricatures, nous rappelant les horribles attentats de Paris à l’intérieur des locaux du journal Charlie Hebdo. Il existe de ce fait d’autres histoires dont celle de Molly, une célèbre caricaturiste vivant autrefois à Seattle avec sa fille Grace et son chien.

Ecrit par l’auteure et journaliste Sophie Carquain, « Roman de Molly N. » est un livre publié aux éditions Charleston. Un roman s’éloignant de leur ligne éditoriale habituelle puisqu’il s’agit d’une biographie mêlant la fiction à des éléments réels.

Interpellée après que les créateurs de la série South Park ont reçu des menaces pour y avoir représenté le prophète Mahomet sous les traits d’un ours lors d’un épisode, Molly décide d’organiser un concours de caricatures sur la toile. Une manière pour elle de défendre la liberté d’expression et en réaction impulsive à son patron qui ne veut pas aborder dans son journal un sujet jugé trop dangereux.

À la lumière des récentes menaces « voilées » (ahah)
de « Muslim revolution » à l’encontre des créateurs de
South Park, pour avoir caricaturé le prophète en ours
en peluche, nous décidons de lancer, le 20 mai 2010,
le « Everybody Draw Mohammed Day ».
Voulez-vous contribuer à sauvegarder (mais pour
combien de temps encore ?) le premier amendement
de la Constitution américaine ?
Sponsorisé par l’association CACAH, Citizen Against
Citizen Against Humour. (prononcez CACA).

Son idée fait le buzz et est massivement partagée sur les réseaux sociaux et les blogs. Molly, presque malgré elle, devient le porte-drapeau de la liberté d’opinion. La peur la rattrape rapidement lorsque que les premières menaces arrivent. Des augures macabres planent autour d’elle et de sa fille. Le point de rupture se produit lorsque des manifestions contre elle éclatent au Pakistan et qu’elle figure sur une liste de gens à abattre au côté notamment de Salman Rushdie.

Pour assurer sa sécurité, le FBI lui propose de bénéficier du dispositif Witsec, un programme de protection de témoins l’obligeant à couper court à la vie qu’elle menait. Se retrouvant avec sa fille délocalisée et tentant d’échapper à la fatwa…

Cette histoire la « harponnant », Sophie Carquain a fait des recherches, contactant des gens ayant côtoyé Molly. Il est d’ailleurs de bon ton de souligner que seule l’affaire des caricatures est véridique, l’auteure ayant brodé le reste de l’histoire, notamment grâce aux informations collectées. Le texte est ainsi entrecoupé par des interventions récurrentes de l’auteure donnant son avis et partageant ses émotions autour de cette terrible affaire.

Un livre tissant le portrait d’une femme courageuse voulant défendre grâce à son art la liberté. Bouleversant et dramatique, il nous rappelle qu’à ce jour notre opinion et notre vie peuvent se retrouver menacées. J’ai aimé la personnalité de Molly, sa spontanéité. L’auteure a voulu nous la montrer humaine et imparfaite, notamment lorsqu’elle décrit ses relations tendues avec sa fille qui lui reproche parfois son manque d’attention.

En bref:

En publiant ce livre, les éditions Charleston ont osé proposer à leurs lecteurs un sujet sensible mais nécessaire. Tout le monde devrait connaître ce fait dramatique.

En espérant qu’un jour, nous aurons des nouvelles de Molly et que toute cette histoire sera une chapitre malheureux mais terminé de notre Histoire.

 

A propos de l’auteure:

Sophie CarquainSophie Carquain, écrivain et journaliste, a publié plus de 20 livres, dont Trois filles et leurs mères aux éditions Charleston et Manger dans ta main (Albin Michel). Elle est également scénariste (Simone de Beauvoir, une jeune fille qui dérange, Marabulles).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s