[Chronique]: « La servante écarlate »

« La servante écarlate » est un roman de Margaret Atwood publié aux éditions Robert Laffont.

mon avis

Résultat de recherche d'images pour "la servante écarlate serie"Le titre de la servante écarlate n’est pas tout nouveau puisque sa première parution date de 1985. Il est remis au goût du jour grâce à son adaptation en série de cette année. C’est ainsi que j’ai découvert cette dystopie et je peux dire que j’ai adoré ! Le rôle principal est interprété par Elizabeth Moss que j’avais découverte dans la série Madmen. Elle et les autres acteurs sont remarquables dans leur interprétation.

La première saison est achevée et une deuxième sera diffusée d’ici l’année prochaine (que c’est loin!). A savoir qu’il existe également un film datant de 1990.

Mais revenons au livre : Je ne connaissais pas du tout Margaret Atwood. Cette auteure d’origine canadienne a une bibliographie impressionnante (une quarantaine d’ouvrages). Ses thèmes favoris sont l’aliénation de la femme et la société de consommation. Cette auteure est une avant-gardiste.

Cette dystopie nous emmène dans la République de Gilead, anciennement les Etats-Unis, où des fanatiques religieux ont pris le pouvoir. Le taux de natalité s’effondrant inéluctablement,  la république relègue les femmes fertiles au rang de ressources nationales ; de vrais utérus sur pattes ! Nous suivons le quotidien de la servante écarlate Defred, la narratrice, qui doit servir de mère porteuse. Des « Cérémonies » ont lieu chaque mois où on essaie de la féconder.

Résultat de recherche d'images pour "margaret atwood"
Margaret Atwood

Elle nous décrit sa vie au sein de sa nouvelle « famille ». Celle-ci se compose du commandant, le maître de maison dont le rôle est de la féconder, et de son épouse. Il y a ensuite la Martha et le Gardien qui est affecté au service du commandant. Dans cette maisonnée, il s’appelle Nick et lui semble plutôt sympathique. Des liens vont peu à peu apparaître entre les deux personnages.

Defred retourne souvent dans ses souvenirs de sa vie d’avant. Elle revit l’époque d’avant les chamboulements. Sa vie avec Luke son mari. Ce qui la fait tenir sont ses souvenirs, l’idée de retrouver Luke et leur enfant. Elle revit aussi le basculement progressif vers la dictature. S’ajouteront peu à peu un rationnement, les tatouages sur les Servantes afin de les identifier, la propagande, les arrestations au moindre pas de travers ou refus d’obéir, les mutilations et les exécutions… La peur règne au sein de ce nouveau régime.

J’ai eu une pensée pour le livre de l’auteur belge, Bernard Quiriny « Les assoiffées« , une dystopie où les femmes sont au pouvoir même si ici la dictature se présente sous forme de pyramide, les hautes sphères étant composées des commandants et de leurs épouses. Les femmes passent donc au second plan dans cette société.

Le style est extrêmement fluide. Un roman qui nous rappelle combien la liberté et les droits acquis sont précieux !

Cette présente édition est agrémentée par une post-face de l’auteure. Elle nous livre ses impressions et les secrets de l’écriture de son roman.

A la toute fin du roman, une petite sélection reprend d’autres titres de l’auteure. J’ai trouvé les résumés passionnants, je pense dans le futur découvrir plus l’univers de cette auteure.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :