[Chronique]: « J’ai toujours cette musique dans la tête »

« J’ai toujours cette musique dans la tête » est le dernier roman d’Agnès Martin-Lugand publié aux éditions Michel Lafon.

 

mon avis

Ce titre est le cinquième de cette auteure française et est disponible depuis le mois de mars. J’ai mis un peu de temps à le lire car j’avais été un peu déçue par son précédent roman « Désolée, je suis attendue ».

Indéniablement, mes deux livres préférés sont (et restent) « Les gens heureux lisent et boivent du café » et « Entre mes doigts le bonheur se faufile ». Des vrais trésors livresques !

« – Tu finis à quelle heure, ce soir? m’avait-il demandé.

– 18 heures. Tu…

– Je passe te prendre. Je te promets d’être propre. 

J’avais éclaté de rire. Le métro avait ralenti. Il avait planté ses yeux dans les miens.

– Vera… J’ai comme une musique dans la tête.

– Moi aussi…

Le métro s’était arrêté. Et il m’avait embrassée. »

Quinze ans plus tard, Yanis et Vera ont toujours cette musique dans la tête. Ils forment avec leurs trois jeunes enfants l’image de la famille modèle. La routine des années n’a pas diminué leur passion et ils connaissent une existence confortable dans leur appartement à Paris. Vera travaille dans une agence de voyages tandis que Yanis bosse pour Luc, son beau-frère, un architecte renfermé et austère. Tout le contraire de Yanis qui est brillant, charismatique, créatif et passionné.

Lorsque Luc refuse de suivre Yanis sur un projet ambitieux que notre bricoleur en herbe a géré pour Tristan, un homme d’affaires, c’est la dispute sans retour possible. Yanis encouragé par sa femme qui croit en lui, décide de démissionner et de se lancer à son propre compte. Il est aidé par Tristan qui le conseille et l’appuie financièrement de manière très généreuse…

Résultat de recherche d'images pour "agnès martin lugand"
Agnès Martin-Lugand

Ce roman est dans la même veine que les précédents: il nous parle de la vie d’une femme aspirant au bonheur. Cette fois-ci l’héroïne est mariée et mère de famille. Les enfants prennent beaucoup de place dans l’histoire. J’ai aimé découvrir le quotidien simple et heureux de cette charmante petite famille unie. Yanis aura tendance à les délaisser pour se consacrer totalement à son nouveau boulot. Vera, quant à elle, aura toujours comme objectif premier la préservation de leur bonheur et de leur équilibre. Elle veut à tout prix les maintenir dans un climat sécurisant.

La personnalité vivante et ambitieuse de Yanis est aussi un des sujets principaux de ce livre. A l’âge de quarante ans, il en a marre d’être freiné par son beau-frère. Il veut se réaliser à la mesure de son talent. On rêve tous d’avoir un travail captivant, nous permettant de nous épanouir pleinement. Les aspirations et la nouvelle vie de Yanis vont avoir des conséquences pas que positives sur la dynamique familiale. Les changements ne sont pas toujours simples surtout lorsque les enfants doivent subir des privations. Vera sera petit à petit inquiète, surtout que cette nouvelle vie la prive de contact avec son frère et Charlotte, sa meilleure amie. Yanis, débordé et confronté à des soucis ingérables se met à boire. Ce changement de vie sera-t-il au final une réussite? Ou le début de la fin ? La grande générosité de Tristan est-elle sincère ou cache-t-elle un sombre dessein?

Je remercie vivement l’auteure pour son roman… captivant !

 

 

 

2 commentaires sur “[Chronique]: « J’ai toujours cette musique dans la tête »

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :