[Chronique]: « Personne n’a oublié »

« Personne n’a oublié » est un roman de Stéphanie Exbrayat paru début 2017 aux éditions Terra Nova. L’auteure que je remercie chaleureusement pour son envoi signe un premier roman !

« Sam, mon bébé, je vais trouver ce qui t’est arrivé et si quelqu’un doit payer, je te vengerai. »

 

mon avis

Colette va vivre le pire drame qu’une femme peut connaître: elle va perdre son unique fils dans un accident. Sam, son gamin de huit ans est tombé du deuxième étage de la grange attenante à la maison. La jeune femme éprouve beaucoup de culpabilité: le jour de l’incident, elle avait laissé seul son fils pour aller à la messe. Cette perte la ronge, surtout qu’elle soupçonne François, son mari , d’être responsable de cette mort tragique. Son compagnon est un homme froid, taiseux et mystérieux. Collette ne sait rien de son passé et ne connaît pas sa famille. Il a une cicatrice au visage et fait souvent preuve de violence.

La jeune femme a vécu un premier amour avec Guy, mort prématurément et laissant Colette démunie. Son mariage avec François n’a été scellé que pour sauver les apparences.

Heureusement, elle peut compter sur le soutien de Madeleine, sa voisine très gentille. Elle est également entourée par son bienveillant et protecteur médecin, le docteur Verdier.

Collette veut coûte que coûte découvrir ce qui s’est passé au moment du drame. Elle commence son enquête avec l’aide de Madeleine. A force de poser des questions et de remuer le passé, des secrets émergent. 

Ce roman, le premier de l’auteure, se déroule dans un village du Morvan au début des années soixante. Il aborde très largement la condition de la femme dans ces années-là. A cette époque, le rôle de la femme est de rester à la maison, d’élever les enfants et de prendre soin de son mari. Colette a un esprit libéral en marge des autres femmes du village et de son époque : elle aime lire et rêve de pouvoir s’assumer seule.

« – … Tu crois qu’un jour il y aura une loi pour ça? Pour que les femmes ne soient plus dépendantes des hommes? »

Le livre met aussi en avant la mentalité étriquée des habitants des petits villages. La réputation d’une jeune fille est une chose fragile. Les rumeurs sont souvent hâtives et le poids des jugements est lourd à porter. L’auteure arrive à bien décrire les mœurs de l’époque.

Enfin dans ce roman, l’ombre de la guerre n’est pas loin… Les villageois sont affectés par cette période trouble et un rien leur rappelle des douloureux souvenirs. Il se pourrait que François y ait tenu un rôle pas très glorieux. L’auteure ne rend pas totalement ce personnage noir. Au fil des découvertes, j’en suis même arrivée à éprouver pour lui un peu d’empathie…

Une lecture prenante, dure parfois. Les chapitres courts alternent avec le fil de l’histoire et des extraits du journal intime de Colette. Ils nous permettent de rentrer dans l’intimité de cette jeune femme brisée. J’avais un peu peur en lisant le résumé d’être marquée par le sujet, étant assez sensible de nature. J’avoue avoir passé deux/trois descriptions un peu trop crues à mon goût !

Je me suis retrouvée happée par la plume de l’auteure dès les premières pages. Stéphanie Exbrayat nous prend par les sentiments. Je voulais absolument savoir ce qu’il était arrivé à Sam et puis connaître le destin de Colette; une héroïne dont j’ai aimé les valeurs. Ce roman valorise la condition féminine et l’amour vrai, que demander de mieux?

 

Un commentaire sur “[Chronique]: « Personne n’a oublié »

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :