[Chronique]: « La route qui mène à toi »

Résumé:

Dans la moiteur de Saïgon, une jeune femme est contrainte de se prostituer pour pouvoir élever son enfant. Fragile et d’une beauté saisissante, Trân déteste ce travail. Jusqu’au jour où elle rencontre un jeune homme et où ces deux êtres blessés par la vie tombent éperdument amoureux.

Mais leur bonheur est éphémère. Au milieu des années 70, Saïgon est envahie par l’armée communiste et Trân doit quitter la ville en proie à la violence. Tandis qu’elle se réfugie à la montagne, l’homme qu’elle aime est emprisonné dans un camp de rééducation politique.

L’espoir de se retrouver leur permet de survivre pendant les années de séparation. Pris dans la tourmente de l’Histoire, ils n’ont qu’une seule force  : leur amour. Et cette force est plus grande que la folie des hommes prêts à sacrifier un pays entier pour des idées…

mon avis

« La route qui mène à toi » est un roman de Jackie Gill publié par les éditions Terra Nova et disponible depuis le mois d’août.

J’ai voulu lire ce roman suite à ma lecture du résumé: une grande histoire d’amour exotique qui tente de résister aux épreuves de la guerre. Ensuite, j’ai été interpellée par le contexte historique: c’était la première fois que j’allais lire un roman qui se déroule au début des années 70 durant la guerre du Vietnam. Et comme j’aime allier le plaisir avec l’apprentissage… Je remercie la maison d’édition pour cette lecture intéressante.

Trân est une jeune femme que j’ai d’emblée trouvée attachante. Surtout que directement on comprend que cette jeune veuve est prête à tout pour assurer une existence potable à son jeune garçon de cinq ans. Alors, lorsqu’elle est au proie aux difficultés et aux dettes (malgré qu’elle occupe la journée un poste de couturière), Trân n’hésite pas à prendre une décision radicale et terrible: elle va se prostituer durant quelques temps afin de ne pas se retrouver à la rue avec son petit Lôc.

Quôc est un jeune policier malheureux qui pense sérieusement à se suicider. Il sera le premier et dernier client de Trân, car c’est le coup de foudre entre eux! J’ai également beaucoup aimé la personnalité du jeune militaire. Un homme rempli de belles valeurs, qui va directement considérer Lôc comme son fils, et va adoucir l’existence son existence et celle de sa mère.

On suivra tour à tour ces deux protagonistes. Jackie Gill intègre de façon naturelle le contexte historique réel avec l’histoire d’amour. Le style est fluide et la plume de l’auteure agréable.

Durant deux ans, nos deux amoureux vivent un grand bonheur qui est un régal à lire (même si comme Quôc est un militaire, il ne peut pas vivre son idylle au grand jour). Malheureusement, la guerre les rattrape et surtout les sépare… Des scènes terribles vont vous retourner le cœur. Mais, et si après le désespoir, il y avait l’espoir?

En bref:

S’immerger dans la culture vietnamienne, en apprendre plus sur le conflit et vivre aux côté de personnages malmenés par la vie une grande histoire d’amour: tous les ingrédients sont réunis pour vous faire passer un bon moment de lecture.

 

A propos de l’auteure:

Jackie Gill est une romancière française qui vit une partie de l’année au Vietnam. Elle est l’auteur de deux autres romans ayant pour cadre ce pays qui la passionne. Elle met en scène des destins de personnages forts abîmés par la guerre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :