« Spirou à Berlin » de Flix

Je remercie particulièrement les éditions Dupuis pour la chance qu’ils m’offrent de revenir à un des héros les plus connus de la bande dessinée. À temps pour un événement très particulier car je viens de fermer les pages de « Spirou à Berlin » ce 9 novembre, juste à l’occasion des 30 ans de la chute du « mur de la honte ».

Résumé :

En 1989, à Bruxelles, il faut croire qu’il ne se passe pas assez de choses pour remplir les Unes. En tout cas, Fantasio est incapable de trouver « LE » scoop dont son rédac-chef a désespérément besoin. Alors quand il apprend que le comte de Champignac est invité à un congrès de mycologie se déroulant à Berlin- Est, il le prend comme une merveilleuse opportunité de raconter le rapprochement des peuples. Mais le comte ne le voit pas de cet œil et refuse tout net d’y participer. Après avoir ruminé quelque temps sa déception, Fantasio décide de retourner convaincre ce scientifique aussi génial que buté… qui semble avoir disparu en plein milieu de la nuit.

Spirou et son compère comprennent rapidement qu’il a été embarqué malgré lui en RDA et vont se mettre sur sa piste. Mais traverser la frontière la plus protégée d’Europe ne va pas être facile. La Stasi, police politique de la dictature communiste, veille au grain. Et l’ombre d’un vieil ennemi plane sur Berlin coupée en deux.

mon avis

Cela faisait des années que je n’avais pas lu une bandes dessinées de cette série. La découverte de ce tome a été particulière ; j’ai eu du mal à reconnaître sur la couverture les personnages que j’ai connus et aimés autrefois.

Il faut pourtant savoir que la BD Spirou et Fantasio a multiplié les collaborations et a changé plusieurs fois de mains par le passé (Franquin, Fournier, Janry – par lequel je l’ai connu –,…). Je crois que ce changement permanent devient la marque de fabrique de la série. Plusieurs auteurs explorent chacun tour à tour l’univers du groom et donnent à chaque nouvel album un petit côté hors-série. Cette fois, c’est Flix que l’on retrouve derrière cet album.

Résultat de recherche d'images pour "spirou à Berlin"

Tout d’abord au niveau des dessins, où l’on peut noter le contraste entre les protagonistes dont les traits sont plutôt flous ou crayonnés (je dois avouer que le style des personnages par Flix m’a un peu perturbée) et les décors plus nets, très riches, grouillant de détails à examiner et de références aux « vieux » albums de la série. Puisque nous parlons pour une fois bande dessinée, insistons sur le cadrage (le découpage des cases) très dynamique et ludique, apportant énormément de fluidité à l’ensemble.

Quant au scénario, tout en multipliant les hommages des différentes époques de Spirou, il permet au livre de trouver sa propre identité. L’auteur, lui-même installé à Berlin, traite l’histoire avec l’humour habituel et farfelu du héro mais aussi le côté sombre que mérite cette page de l’histoire.

 

En bref :

La redécouverte d’un album de Spirou et Fantasio a été un grand plaisir, une réconciliation dont les pages se sont envolées devant mes yeux. Je recommande chaudement !

 

A propos de l’auteur:

 FlixFlix, de son vrai nom Felix Görmann, est un auteur et dessinateur berlinois de bandes dessinées. Il a étudié le design à l’école d’art « Hochschule der Bildenden Künste Saar » à Sarrebruck puis à l’Escola Massana à Barcelone. En 1998, conseillé par Peter Butschkow, il publie sa première bande dessinée professionnelle, «Who the fuck is Faust ?» , une ré-écriture moderne de Faust aux éditions Eichborn.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s