[Chronique: « Les frontières égarées »

Une méditation sur la dramaturgie de la vie. 

Résumé:

Une demeure isolée en forêt. Cinq invités et une étrange employée de maison. Une interrogation se lit sur les visages anxieux : quel lien mystérieux réunit dans cette maison ces êtres aux parcours si variés ? 
Ce récit dresse le portrait de personnage en suspens qui, plus ou moins confusément, aspirent à une mise au net de leur vie, une bifurcation, peut-être même une rupture. Lesquels d’entre eux seront capables de se rendre dans les coulisses de leur propre théâtre ?

mon avis

« Les frontières égarées » est un roman de Didier Paquette publié par les éditions du Jasmin.

J’ai reçu ce livre dans le cadre de l’opération masse critique du mois de septembre organisée par le site communautaire de Babelio. J’avais notamment sélectionné ce livre, interpellée par son scénario original parmi une liste d’autres bouquins que j’ai trouvé particulièrement intéressante. De plus, c’était l’occasion pour moi de découvrir un livre du catalogue d’une maison d’édition que je ne connaissais pas encore !

Le livre débute par une description/ présentation des différents protagonistes. Ils sont tous très différents, plus très jeunes et englués dans leurs vies. Ils reçoivent tour à tour une lettre de leur ami Max, un être marginal à fond dans ses idées. Ce dernier sera décrit au lecteur par le regard de ses différents amis. Ils acceptent tous l’invitation et se rendent dans le sud de Paris au cœur d’une forêt, lieu du rendez-vous…

« Or, Manuel se doutait bien que la maison provinciale devait être à l’image de Max, biscornue, tortueuse, qu’elle répondait au dédale de sa vie mentale. Un brin d’Edgar Poe, un rappel de roman gothique. Il n’aurait pas été étonné de la découvrir à demi délabrée, comme une annonce anticipée de notre décrépitude. »

Didier Paquette est un auteur que j’ai pris énormément de plaisir à rencontrer au travers de son roman, un huis-clos. Cet auteur possède un doctorat en psychologie fortement mâtiné de philosophie et je pense que son roman, du moins ses desseins, sont en adéquation avec sa formation. Il maîtrise super bien son sujet, jouant sur l’ambiance. Tout nous la rappelle: le lieu bucolique mais isolé, l’employée de maison étrange aux manières particulières, l’absence mystérieuse de l’hôte, etc. La plume de l’auteur est puissante et travaillée. Tout est à analyser, ouvrant à la réflexion. Je le verrais bien comme coach en développement personnel (l’auteur, surtout pas Max !).

Même si j’avoue que je ne me suis pas attachée aux personnages, je suis restée accrochée à ma lecture. Le livre est court (environ 150 pages) et divisé en courts chapitres. Une fois rentrée dedans, il m’a été très difficile de lâcher ma lecture, surtout quand l’intrigue (se déroulant sur trois jours- le temps du séjour) prend une dimension dramatique !

 

En bref:

Huis-clos grotesque à la tournure dramatique qui fait réfléchir à ce que l’être humain fait de sa vie. Il n’est pas sans rappeler qu’un deuxième départ peut être éventuellement offert à chacun.

Un roman surprenant qui ne plaira pas toujours à tous, mais qui fut pour moi une très riche expérience de lecture. 

tous les livres sur Babelio.com

« >Les frontières égarées

Présentation de l’auteur

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :