« Une vie ne suffit pas »

est un roman écrit par Annie Fayet, auteure française contemporaine.

Pour plus d’informations, je vous invite à faire un tour sur le site de la romancière => http://annie-fayet-auteur.blogspot.be/

Cette histoire est le récit d’un amour de toute une vie. Elle débute à la fin du 19ème siècle, dans un modeste petit village français et se termine à la fin de la première guerre mondiale.

Voici un court extrait qui décrit assez bien la vie quotidienne et l’ambiance de ce petit village:
« Sur le chemin, elle rencontrait des métayers sarclant ou labourant leur champ et aussi des villageois sortis sur le pas de leur porte. Elle apprit à les connaître et les saluait tous, sans distinction, d’un sourire ou d’un signe de la main. »

Le personnage principal est Marie, une jeune fille courageuse, qui s’occupe de la maison et de l’éducation de ses jeunes frères et sœurs depuis la mort prématurée de sa mère. Son père est charpentier, accumulant les petits boulots et n’est pas souvent à la maison. Une aubaine se présente un jour pour la jeune fille en la proposition d’un petit travail de couturière. C’est en portant une commande que Marie va faire la connaissance de Guillaume, fils cadet du comte et de la comtesse de Saint Leu, les châtelains du village. C’est le coup de foudre. Mais leur différence de statut social ne leur permet pas de vivre leur amour à la vue de tous. Tout ne se passe pas trop mal jusqu’au jour où Marie découvre qu’elle est enceinte…

Voilà un joli roman que nous offre Annie Fayet. Une histoire d’amour déchirante, un couple attachant que tout sépare. J’ai été portée par le style d’écriture de l’auteur. La description des lieux et la présentation du contexte sont extrêmement minutieuses et nous permettent de nous projeter encore plus dans l’histoire. Le personnage de Marietta m’a souvent fait me poser la question: « Qu’aurais-je fait à sa place? » 😏
En conclusion, ce livre devrait facilement trouver un lectorat fidèle. Les fans de roman du terroir mêlé à une belle histoire familiale/d’amour sont encore légions! 😉
J’ai d’ailleurs très souvent des demandes de ce type d’histoire parmi mes lecteurs à la bibliothèque.
Un seul bémol, mais qui ne concerne que moi, la lecture en version numérique pour un livre de 500 pages a été difficile… Je reste toujours persuadée que rien ne vaut le support du livre papier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :