Interview

Interview de Catherine Girard-Audet

La saga de « Léa Olivier » publiée aussi par les éditions Kennes se présente sous une forme épistolaire moderne (comme nous sommes au 21e siècle, les lettres sont remplacées par des mails ou des textos). Une autre de ses particularités est une utilisation des expressions du langage parlé propre aux adolescents du Québec. C’est pour cela que l’édition française comporte un lexique québécois/français. Elle a pour personnage principal Léa Olivier, une jeune fille pétillante, qui va déménager de son village natal pour aller s’établir avec ses parents et son frère à Montréal. Elle raconte ses déboires, mais aussi sa vie scolaire et amoureuse.

J’ai eu le plaisir de rencontrer Catherine Girard-Audet il y a quelques années lors de la Foire du livre de Bruxelles !

Aujourd’hui, elle a accepté de répondre à mes questions !

The Eden of Books : Catherine, qui êtes-vous ?

Catherine : Je m’appelle Catherine Girard-Audet, je suis autrice jeunesse et j’habite à Montréal, au Québec.

The Eden of Books : Qu’est-ce qui vous a amené vers l’écriture ? Quel est votre parcours jusqu’à l’édition de votre mythique saga ?

Catherine : J’ai toujours aimé lire et écrire, mais c’est finalement à l’université, lorsque je devais choisir un programme d’étude, que le choix est devenu clair pour moi. J’ai opté pour littérature. J’ai commencé dans le domaine comme caissière dans les salons du livre, puis comme traductrice d’albums pour enfants. J’ai aussi obtenu un diplôme d’études supérieures en traduction de l’Université Concordia, à Montréal. En 2008, mon frère Marc-André a parti sa propre maison d’édition, les Éditions Les Malins, et m’a proposé de me lancer dans l’écriture d’un guide pratique destiné aux jeunes adolescentes québécoises. C’est ainsi qu’est né L’ABC des Filles. J’ai dès lors aussi débuté ma carrière comme blogueuse, chroniqueuse et courriériste du cœur pour les ados. En 2011, j’ai décidé de me lancer dans la fiction jeunesse et dans l’écriture du premier tome de Léa Olivier, qui est finalement arrivé sur les tablettes au Québec en janvier 2012.

The Eden of Books : Concernant l’écriture de vos livres, pouvez-vous nous parler de votre méthode ? Quelles sont vos sources d’inspiration ? Quelles sont vos habitudes lors de l’écriture d’un roman ? Vous préférez écrire le matin ou le soir ?  En musique ou en silence ?

Catherine : J’aime travailler un projet à la fois. Pour Léa, je m’inspire grandement de ma vie. J’écris généralement pendant le jour, dans mon bureau. J’aime écrire dans le silence, et je me donne souvent des objectifs quotidiens d’écriture réalistes pour ne pas me mettre trop de pression.

The Eden of Books :Dans les deux derniers tomes de Léa, vous parlez du confinement. Cela vous semblait essentiel pour coller à la réalité ? Comment avez-vous vécu cette pandémie et les confinements ?

Catherine : Léa est une histoire basée sur ma vie, mais aussi sur la réalité d’une majorité d’adolescentes. Je me voyais très mal ne pas aborder la crise sanitaire qui touche le monde entier, d’autant plus que Léa terminait son secondaire. J’ai donc décidé de lui faire vivre un bal en virtuel, pour me coller à la réalité de plein de jeunes d’ici et d’ailleurs. Ceci dit, Léa chemine maintenant dans un déconfinement progressif, car c’est aussi important pour moi d’offrir de l’espoir et une bouffée d’air aux lectrices.

Montréal a été frappée de plein fouet par la première vague. Du jour au lendemain j’ai été confinée à la maison avec mon copain et ma fille de 5 ans, ce qui a duré trois mois. Avec le recul, cette période m’a appris énormément sur la résilience, les compromis et le lâcher-prise, mais j’avoue que j’en garde un peu un traumatisme.

The Eden of Books : Cette saga s’adresse aux jeunes filles mais pas que ?  (bon j’avoue que je suis une grande et vieille fan)

Catherine : À la base, c’est sûr que la série attire plus de lectrices, mais elle peut plaire à quiconque s’identifie aux problématiques de Léa et aux plus grands qui revivent un peu leur adolescence.

The Eden of Books : Léa Olivier est une saga qui compte pratiquement 20 tomes. Avez-vous déjà imaginé comment elle se terminerait ? Vous identifiez-vous à votre héroïne Léa ? Quel est votre personnage masculin préféré (perso j’adore Alex) ? 

Catherine : Léa a non seulement été adaptée en bande dessinée, mais aussi à la télévision, et on parle même d’une pièce de théâtre au Québec. Je n’en suis donc pas encore à imaginer la fin. Je ferai cheminer mon héroïne tant que je serai inspirée et que mes lecteurs en redemanderont ☺

Évidemment, Léa me ressemble beaucoup. J’aime énormément Félix, qui est un peu la fusion de mes deux frères, et Alex, avec qui elle partage une relation forte, mais complexe. 

The Eden of Books : Quels sont vos projets futurs ?

Catherine : Poursuivre l’écriture des prochains tomes, participer un tant soit peu à la prochaine saison de la série télé, puis préparer une fête pour célébrer les dix ans de Léa, et espérons-le, la fin de cette pandémie.

Un tout grand merci à Catherine Girard-Audet et longue vie à Léa Olivier !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s