[Chronique]: « Les Forêts d’Acora »

les-forets-dacora-thomas-clearlake

« Les Forêts d’Acora » est un ebook de 2016 écrit par Thomas Clearlake, un jeune auteur indépendant d’origine franco-canadienne. Il s’agit de son premier roman. Une version papier sera bientôt disponible!

Découvrez plus d’informations sur l’auteur via sa page Facebook

En quelques mots:

L’univers décrit dans ce livre est situé bien loin du nôtre… dans un futur très lointain. L’Homme a porté la semence de notre civilisation à travers le cosmos où il évolue à présent parmi une multitude d’autres espèces intelligentes.

Trois compagnons: Jaadhur, Hoggar et Esval ont été réunis par l’Alliance afin de mener à bien une périlleuse mission sur la planète Acora et plus précisément à Uthaïhadda, une  gigantesque et mystérieuse cité-monastère. La sauvegarde de toute vie dans l’Univers dépend de la réussite de ce voyage…

Mon avis: 

Cela faisait un moment que ce livre traînait dans ma PAL, ayant encore un peu du mal à me motiver à lire le format numérique. Cependant, dès les premières lignes j’ai été séduite par la jolie plume poétique de l’auteur qui nous entraîne dans son univers… lointain !

Résultat de recherche d'images pour "star wars livre"
La saga se compose d’une centaine de titres!

 

Il s’agit du premier tome d’un space-opera qui en comprendra cinq. Ce genre se définit comme un sous-genre de la science-fiction caractérisé par des histoires d’aventure épiques ou dramatiques se déroulant dans un cadre géopolitique complexe. Pour les exemples les plus connus, on peut citer Dune de Frank Herbert et surtout la saga mondialement reconnue Star Wars.

 

L’enjeu principal de ce roman est la survie de l’espèce qui est d’ailleurs une caractéristique fondamentale de ce genre de littérature. Le lecteur va vivre au côté des protagonistes une aventure palpitante sur une planète peuplée de toutes sortes de créatures. L’entrée dans le monde n’est pas aisée, comme souvent dans ce genre de littérature et il faudrait quasiment relire ce roman une deuxième fois le temps de s’accoutumer à tous les noms des différentes races et planètes. Un index très fourni est proposé à la fin du livre (malheureusement ce n’est pas très pratique avec un format numérique donc vivement la version papier). 

Les Semahads étaient de haute stature, bien plus grands que nous autres humains. Leur squelette élancé s’apparentait au nôtre mais il avait quelque ascendance reptilienne. Souples et extrêmement rapides, ils étaient instinctivement voués au combat. Leur peau blanchâtre et écailleuse était due aux grands froids qui régnaient sur Atliur, cinquième planète du système de Sorio.

Un grand merci à Thomas Clearlake pour ce livre qui m’a fait renouer avec ce genre ! (depuis mon essai raté avec Dune, je n’avais plus osé me lancer dans la littérature de science-fiction). En conclusion, je qualifierai « Les forêts d’Acora » comme une belle découverte captivant son lecteur à condition de se laisser un peu de temps pour se familiariser avec ce monde.

Cliquez ici pour acquérir ce roman…

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :