[Critique] Le bonheur, après tout ! (ça vous parle?)

Il s’agit est un roman écrit par Deborah McKinlay, auteure anglaise que je ne connaissais pas encore . Tout commence par une lettre qu’Eve, anglaise quinquagénaire, envoie à un auteur américain nommé Jack… Ils ont une passion commune, la cuisine! Commence alors une longue correspondance tournant autour de recettes originales mais également un début d’amitié se muant même vers une certaine attirance. Nos deux héros se ressemblent énormément ; Tous les deux se posent beaucoup de questions sur leur vie (Jack ayant le syndrome de la page blanche) , leur relation avec leur entourage (notamment Eve avec sa fille Izzy).

Mon avis: A première vue, ce livre a tout pour plaire: une page de couverture attirante et un résumé accrocheur. Cependant, j’ai eu beaucoup de mal – surtout au début- à accrocher à ce roman. Plusieurs fois, j’ai eu l’envie de stopper définitivement ma lecture malgré l’écriture fluide de l’auteure. Mon empathie envers les deux personnages principaux n’est arrivé que vers la fin, partie (selon mon avis) plus intéressante où l’on voit les deux héros évoluer et affronter petit à petit leurs problèmes. En résumé et comme note finale, je dirai que ce livre n’est pas désagréable mais ne bouleversera pas son lectorat…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :